Patrimoine architectural

L'architecture est l'art de concevoir des espaces et de bâtir des édifices civils ou religieux, des ponts, les aqueducs, des ports...C'est pourquoi elle est définie comme « une expression de la culture ». Elle est reconnue comme le premier des arts majeurs dans la classification des arts, communément admise, du xxe siècle, des 9 arts majeurs et fait partie des beaux-arts.

  • Monaco

    105 Monaco
  • Freiburg im Brisgau, Allemagne, hôtel de ville

    18 Freiburg im Brisgau, Allemagne, hôtel de ville
    Le nouvel hôtel de ville (Rathaus), de Brisgau en Allemagne, a été construit entre 1896 et 1901 sur la base d’une maison jumelée de la Renaissance. Celle-ci a abrité pendant de longues années les salles de cours et l’administration de l’université, fondée en 1457, avant de recevoir l’institut d’anatomie et la polyclinique. Le carillon de la tourelle de la nouvelle aile centrale sonne tous les jours les 12 coups de midi.
  • Saintes, l'amphithéâtre gallo-romain

    19 Saintes, l'amphithéâtre gallo-romain
    L'amphithéâtre gallo-romain de Saintes en Charente-Maritime a été construit en 40-50 après J.C sous le règne de l'Empereur Claude. Il reste aujourd'hui l'un des mieux conservés de France. A l'époque, lieu de spectacles grandioses, il pouvait accueillir jusqu'à 15000 spectateurs. Ses dimensions, 126 m sur 102 m, parlent pour lui. Des combats de gladiateurs ou des combats contre des animaux sauvages s'y déroulaient, pour le plus grand plaisir du peuple qui venait assister à ces jeux très prisés. L'amphithéâtre fut utilisé comme carrière lors du Moyen Âge et ne fut dégagé et restauré qu'au XX° siècle. Aujourd'hui, on peut descendre dans l'arène, se replonger dans cet univers de combat et d'en ressortir... heureux et vivant.
  • Saintes, l'arc Germanicus

    10 Saintes, l'arc Germanicus
    L'Arc de Germanicus de Saintes, en Charente-Maritime, a été construit vers 18-19 après J.C.Il a été offert à la ville par un notable santon romanisé, Caïus Julius Rufus. C'est un arc votif à deux baies et non un arc de triomphe. Il est à double arcade, correspondant aux deux sens de circulation. Il marque l'entrée monumentale de la toute nouvelle capitale de la Gaule Aquitaine : Mediolanum Santonum. Il a subi quelques transformations à l’époque médiévale. L’élargissement du lit du fleuve entraîna le prolongement du pont vers l’est. L’arc finit alors par se retrouver les pieds dans l’eau. Promis à la démolition en 1843, en même temps que l’ancien pont romain qui menaçait ruine, il a été sauvé par l’intervention de Prosper Mérimée alors inspecteur des Monuments Historiques. C’est le vestige romain le mieux conservé de Saintes et le symbole de la ville.