CHEMIN DE COMPOSTELLE

Le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, né au IXe siècle, attire chaque année environ 200 000 randonneurs et pèlerins. La France compte quatre voies historiques au départ du Puy-en-Velay, d'Arles, de Vézelay et de Tours. En Espagne, plusieurs chemins convergent vers Santiago de Compostela. En France, 71 édifices ou ensembles architecturaux et 7 tronçons du GR 65 ont été inscrits, le 5 décembre 1998, au patrimoine mondial de l'Humanité. Avec quatre amis nous avons cheminé sur la voie du Puy en Velay.

  • Le Puy en Velay

    16 Le Puy en Velay
    La ville du  Puy-en-Velay se situe au sud-est de la région Auvergne. Elle est est le point de départ de la Via Podiensis, un des itinéraires contemporains du pélerinage de Saint Jacques de Compostelle  « Le Chemin de Compostelle est religieux au plein sens du terme. Parce qu’il restitue l’homme dans ses racines de nomade. Parce qu’il relie l’homme à la nature. Parce qu’il est chemin de solidarité et de fraternité. » Gilbert
  • 1° étape Le Puy en Velay à Saint Privat d'Allier

    13 1° étape Le Puy en Velay à Saint Privat d'Allier
    Notre première étape, de 24 km, nous a conduit, avec mes ami(e)s, du Puy en Velay à Saint Chrisrophe d'Allier en passant par : > Saint Christophe sur Dolaison : L’église Saint-Christophe du XIIe siècle, est construite en brèche volcanique rougeâtre, avec un clocher-arcade percé de quatre ouvertures. Dans le village, en bordure de route, il reste les vestiges d'un four banal où chaque famille venait cuire son pain à tour de rôle. > Bains :  A cet endroit le chemin suit l'antique"Via Bollène" romaine qui reliait Toulouse à Lyon L’église paroissiale Ste Foy des XII° et XIII° présente un portail surmonté d'un arc à voussure polylobée. A l'extérieur on découvre un enfeu latéral, côté sud, et les voussures du portail d'entrée. > Montbonnet: La Chapelle Saint-Roch bâtie X° siècle, érigée en bordure même de la voie suivie par les Jacquets, fut remaniée à plusieurs périodes. L'édifice fut dédié à saint Roch, patron des pèlerins. Un cimetière, un puits et un logement d'accueil, aujourd'hui disparus, jouxtaient cette chapelle
  • 2°étape : Saint Privat d'Allier à Saugues

    14 2°étape : Saint Privat d'Allier à Saugues
    La deuxième étape, d'une longueur de 20 km nous a conduit de St Privat d'Allier à Saugues en passant par :  St Privat d'Allier : Le village trouve à une altitude de 895 m, sur un éperon rocheux entre deux ravins.Les puissants Mercœur et Montlaur occupèrent  le château du XIIIe siècle, qui fut en partie démantelé au XVIIème siècle. Nous y avons passé une soirée mémorable :=) Son ancien prieuré, dépendant de La Chaise-Dieu, date de 1046 et servait de relais sur la route menant à Rodez. Rochegude et son château : Aujourd'hui, il ne reste de ce puissant château de la région Auvergne qu'une tour circulaire et la chapelle romane. Cette dernière a été inscrite au patrimoine mondiale de l'UNESCO en 1996. Monistrol d'Allier : Tient son nom d'un petit prieuré ,"Monasteriolum" rattaché à l'abbaye de la Chaise-Dieu depuis 1145. Des traces d'occupation humaine dès l'époque préhistorique sont visibles à travers les grottes et les abris basaltiques présents sur la commune. Saugues : La tour des Anglais, seul vestige médiéval et notre étape du jour
  • 3° étape : Saugues à la Roche

    17 3° étape : Saugues à la Roche
    La 3° étape d'une longueur de 23 km nous a conduit de Saugues à la Roche (Les Faux)  en passant par: > Chanaleilles :  L'église de Chanaleilles, située en plein cœur du village,  est une petite église du XII° siècle, connue pour son beau clocher mur à peigne. Les sommets de la Margeride où deux hauts lieux nous ont marqué: le domaine du Sauvage, ancienne domerie templière située à 1292 m d'altitude et la chapelle St Roch à la frontière de la Haute-Loire et la Lozère. Le domaine du Sauvage étant complet nous avons fait étape un peu plus loin.   
  • 4° étape, La Roche à Aumont-Aubrac

    11 4° étape, La Roche à Aumont-Aubrac
    La 4° étape nous a conduit de la Roche à Aumont Aubrac, Lozère, en passant par : > Saint Alban sur Limagnole : L’église Saint Alban : Une église romane, où l'on ressent l’influence auvergnate. Un imposant clocher-mur à trois baies, construit en 1891, surplombe une riche abside aux arcades harmonieuses, il porte, accroché à sa croix, une bête du Gévaudan. L'intérieur de l'église est d'une sobre élégance.  Le château Saint Alban : La première mention de la présence du château remonte auXII° siècle. Mais il est probable qu'il ait été présent bien avant, ou qu'une forteresse médiévale l'ait précédé sur le même site. Il était situé dans la baronnie d'Apchier l'une des huit baronnies du Gévaudan. > Aumont-Aubrac : « altum montem », (haute montagne) était au carrefour des antiques voies d'Auvergne  et de Lyon-Toulouse
  • 5° étape, Aumont-Aubrac à Nasbinals

    15 5° étape, Aumont-Aubrac à Nasbinals
    La 5° étape, d'une longueur de 27 km, nous a conduit d'Aumont-Aubrac à Nasbinals, situés en Lozère. À partir d’Aumont-Aubrac, recroquevillé au pied du plateau, immense prairie d'altitude, le GR65 chemine durant de longs kilomètres à travers des forêts de pins que l’on a déjà longuement côtoyées les jours précédents. Nous empruntons les drailles, ces sentes bordées de murets de pierres sèches tracées au cours des siècles par les troupeaux de moutons. Aujourd’hui, vaches et taureaux aubrac les ont remplacés. Nous sommes passés par : > La Chaze-de-Peyre : La Chaze de Peyre signifie "la maison de pierre". Belle église en granite datant du XIIe siècle. > De très beaux paysages > Nasbinals notre étape du jour: L'origine du village remonterait au VIII° siècle. Eglise Sainte Marie de Nasbinals :Typique du style du roman auvergnat, construite aux XI° et  XII° siècle, en basalte brun sous ses toits de schiste.
  • 6° étape Nasbinals à Saint Chély d'Aubrac

    15 6° étape Nasbinals à Saint Chély d'Aubrac
    La 6° étape, dans l'Aubrac, d'une longueur de 18 km, nous a conduit de Nasbinals à St Chély d'Aubrac en passant par: > L'Aubrac qui était une forêt sombre et profonde, qui couvrait toute la montagne et s'étendait loin dans la plaine. Les loups et les sangliers étaient les seuls habitants de ces lieux sauvages. > La dômerie d'Aubrac :  est un ancien monastère fondé par Adalar, noble flamaand, pour protéger les pèlerins qui traversaient l'Aubrac. > Saint-Chély d'Aubrac :  est placé sur le versant aveyronnais du plateau de l'Aubrac, au sein de la vallée de la Boralde débouchant au sud sur la vallée du Lot . Ce village possède un beau patrimoine : - Une église romane des XI et XII° siècles, reconstruite au XV° siècle, suite à son incendie vers 1385 au cours de la guerre de Cent Ans. Avec ses gros arcs doubleaux, sa tribune a beaucoup de caractère. - Une Croix en fer forgé du XVIII° siècle -Le pont des Pèlerins sur la Boralde inscrit au Patrimoine mondial de l'Humanité
  • 7° étape : St Chély d'Aubrac à St Côme-d'Olt

    15 7° étape : St Chély d'Aubrac à St Côme-d'Olt
    La 7° étape, assez courte, de 16 km dans l'Aveyron, nous a conduit de St Chély d'Aubrac à St Côme d'Olt > St Côme d'Olt située dans la vallée du Lot, près de la confluence avec la Boralde, possède un très beau parimoine : - La chapelle des Pénitents :  Hospice pour les pèlerins et église paroissiale, cette modeste construction des xie et xiie siècles, précédée d'un porche du XVI° siècle, fut restaurée par une confrérie de pénitents blancs au XVIII° siècle. Elle accueille aujourd'hui des expositions.- - Le château des Calmont d'Olt:  Ce massif logis rectangulaire est mentionné pour la première fois au XIII° siècle. - L'église paroissiale saint Côme et saint Damien et son clocher tors. L'édifice bâti au XVI° siècle est de style flamboyant. Son portail est de style renaissance.
  • 8° étape : Saint Côme d'Olt à Estaing

    21 8° étape : Saint Côme d'Olt à Estaing
    La 8° étape, d'une longueur de 17 km, nous a conduit de St Côme d'Olt à Estaing en passant par : > Espalion:  La ville, dominée par le Château de Calmont d'Olt, est traversée par le Lot. L'église de Perse : Comme cette église est très belle, j'ai réalisé un diaporama séparé Le Pont-Vieux :  Il a été construit vers le XI° siècle par les seigneurs de Calmont. Maisons des tanneurs :  Sur les rives du Lot s'alignent les façades des maisons pittoresques aux balcons de bois en encorbellement. Ce sont d'anciennes tanneries, les « calquières », dont les pierres en degrés, appelées « gandouliers », plongent dans la rivière Lot (Olt en occitan). Sur ces pierres, on pouvait tanner les peaux au niveau de la rivière, différent selon les saisons. Le Vieux Palais :  Vu du Pont-Vieux, ce château datant de la Renaissance, édifié sur les bords du Lot en 1572, avec ses tours et ses tourelles, prend tout son charme, dans le décor quasi théâtral qu'offrent le Lot et les maisons des tanneurs. > Saint Pierre de Béssuejouls : Comme pour l'église de Perse, j'ai réalisé un diaporama séparé de cette église. > Estaing :  Estaing peut être considéré comme un des points où les chemins venant du nord-est traversaient le Lot pour continuer sur Conques. Estaing es classé armi les plus beaux villages de France. L'église Saint-Fleuret :  Elle fut construite auXV° siècle sur l'emplacement d'un ancien prieuré Saint-Fleuret Le château d'Estaing :il date du XV° siècle et domine la ville ainsi que le confluent du Lot et de la Coussanne. Il est, avec l'église de Conques, un des monuments les plus connus et les plus rayonnants de l'Aveyron
  • 9° étape : Estaing à Espeyrac

    10 9° étape : Estaing à Espeyrac
    La 9° étape longue de 25 km nous à conduit d'Estaing à Espeyrac. Nous avons Cheminé à travers des paysages de toute beauté. Beaucoup de fermes abandonnées rappellent l'exode rural qu'a subi l'Aveyron durant les Trente Glorieuses qui virent se dépeupler les campagnes. Pendant cette étape, en traversant certains de ces hameaux, il m'est venu à l'esprit la chanson de Jean Ferrat "La montagne"
  • 10 ° étape : Espeyrac à Conques

    28 10 ° étape : Espeyrac à Conques
    Cette 10° et dernière étape, longue de 13 km, nous a conduit à Conques après un périple de 206 km depuis le Puy en Velay Conques: Dans son environnement naturel préservé, le village médiéval, classé parmi les plus beaux de France, est situé au confluent du Dourdou et de l'Ouche, qui forme à cet endroit une sorte de coquille (« Concha » en latin, « Conca » en occitan), qui aurait donné son nom au village. Le patrimoine de Conques : - L'église abbatiale Sainte-Foy: Ce magnifique édifice roman fut construit aux XI° et XII° siècles ; les 2 tours de façade datent du XIX° siècle. La partie qui fait la célébrité du lieu est le tympan:  Une profonde voussure en plein cintre abrite le tympan du Jugement dernier, l'une des œuvres fondamentales de la sculpture romane par ses qualités artistiques, son originalité et par ses dimensions. Il représente le Jugement dernier, d'après l'Evangile de St Mathieu. Il comporte 124 personnages, l'ensemble est divisé en trois niveaux. Tout en haut dans les anges on peut voir deux anges sonneurs de cor, au centre trône le Christ en majesté, avec les élus à sa droite, au Paradis, et les damnés à sa gauche, en Enfer. L'abbatiale conserve également un trésor comprenant des pièces d'art uniques de l'époque carolingienne (Trésor de sainte Foy et ses nombreux reliquaires recouverts d'or, d'argent, de camées et d'intailles)​. L'intérieur est décoré par des vitraux contemporains de Pierre Soulages. L'intérieur de l'abbatiale est très sobre, la voûte est très haute (22 m), le chœur est entouré d'un déambulatoire. Les chapiteaux constituent un exemple parfait de l'art roman. Le plus ancien de ceux-ci semble être celui de Saint Pierre crucifié la tête en bas. Des chapiteaux à entrelacs sont également présents. Il y a aussi des thèmes de combats entre cavaliers et hommes d'armes, peut-être liés aux croisades. Au sud de l’abbatiale, subsistent quelques vestiges du cloître, rasé au xvie siècle, dont six baies géminées de la galerie occidentale. Il servit longtemps de réserve de pierres pour construire les maisons du village. - Le Vieux Pont des romieux appelé improprement pont « romain » : Au pied du village coule le Dourdou, le chemin de St Jacques le franchit grâce à ce pont, construit en 1410 - La rue Charlemagne : Sur l'abrupte rue Charlemagne, la porte du Barry (faubourg en occitan) à la puissante arcade romane de grès rouge. Cette voie était empruntée au Moyen Age par les pèlerins qui quittaient Conques en direction du Quercy. La rue relie encore le parvis de l'abbatiale au pont « romain  - Le château d'Humières : C'est une bâtisse du XVI° siècle avec des consoles sculptées, et une haute tour d'escalier.