Eglises romanes de Bourgogne-Bourbonnais

  • Berzé la Ville-La chapelle des Moines-Fresques murales

    29 Berzé la Ville-La chapelle des Moines-Fresques murales
    La chapelle romane de Berzé la Ville, en Saône et Loire, est construite au  XIe siècle à l’initiative de l’abbé de Cluny Hugues de Semur, bâtisseur de Cluny III. Elle faisait partie d’un prieuré dont elle est aujourd’hui le seul vestige. Elle est constituée d’une chapelle basse et d’une chapelle haute célèbre pour ses peintures murales uniques du XII° siècle. Ces décors sont aujourd’hui les uniques témoignages de la peinture monumentale du temps de l’apogée de l’abbaye de Cluny. Elles permettent d’imaginer le décor, disparu, de l’église abbatiale de Cluny III.
  • Brancion, église romane saint Pierre

    40 Brancion, église romane saint Pierre
    L'église Saint-Pierre de Brancion, entièrement romane et datée du début du XII° siècle, est située en Saône et Loire dans la région Bourgogne, Franche-Comté  Elle est édifiée en pierre de taille assemblée en appareil irrégulier et est recouverte de lauzes. Le plan de l’église est simple. Une nef de cinq travées avec bas-côtés est suivie par un transept saillant s’ouvrant sur deux absidioles et sur un chœur avec travée droite et abside principale. À l'intérieur, l'église est ornée de très belles fresques, représentant en particulier la nativité, la résurrection des morts. Le gisant du seigneur Jocerand III, du 13e siècle, est conservé dans la dernière travée du bas-côté nord. On peut encore découvrir  des pierres sculptées dans l’absidiole sud, une cuve baptismale et des pierres tombales du sol.
  • Chapaize, église romane St Martin

    27 Chapaize, église romane St Martin
    L'église St Martin de Chapaize en Bourgogne est un édifice caractéristique du pur style du premier art roman lombard du début du XIe siècle, (vers 1030) Le clocher, merveille de cette église, élevé sur la croisée du transept, est une haute tour de 35 m de haut décorée de festons lombards. Sur sa face nord, tout en-haut du clocher, se trouve une statue colonne connue comme une des plus anciennes en Occident. Ce qui frappe d'emblée, une fois la porte de l'église franchie, ce sont les énormes piliers 4,80m de diamètre. Les voûtes de la nef sont du XIIe siècle et le choeur, flanqué de deux absidioles, du XIIIe siècle. 
La nef est élevée sur cinq travées et flanquée de bas-cotés. L'église est éclairée par de rares vitraux. La croisée du transept est coiffée d'une coupole octogonale sur trompes . L'église Saint-Martin, qui a bénéficié d'une restauration qualitative à la fin du XXe siècle, compte à n'en pas douter parmi les édifices romans de Bourgogne à visiter absolument.
  • Iguérande, église romane St Marcel

    26 Iguérande, église romane St Marcel
    L'église Saint-Marcel d'Iguerande, dans le Brionnais, Bourgogne-Franche-Comté, est une église de style roman du XIème siècle. Elle est de plan cruciforme et dite à nef obscure car dépourvue de baies hautes. Elle comporte trois travées flanquée de deux bas-côtés, un transept saillant, une triple travée de chœur, une abside centrale et deux absidioles semi-circulaires. Les chapiteaux qu’on trouve sur les piliers de la nef et de la croisée remontent à la fin du 11e siècle et sont alors parmi les plus anciens du Brionnais. 
  • La Bénission Dieu, l'église abbatiale

    41 La Bénission Dieu, l'église abbatiale
    L'abbaye de La Bénisson-Dieu est un monastère cistercien situé dans la Loire dans la région Auvergne-Rhône-Alpes dont il ne subsiste que l'église abbatiale. De celle-ci  il reste la nef et deux arcs des ruines de l’ancien transept. Dédiée à Notre-Dame et à Saint-Bernard, elle fut commencée vers 1170-1180 et achevée au début du 13e siècle. Le plan primitif donnait la forme d'une croix latine, orientée, à trois nefs et transept, mesurant 54 mètres de longueur sur 16m35 de largeur. 
  • Montceaux-l'Etoile, église Sts Pierre et Paul

    20 Montceaux-l'Etoile, église Sts Pierre et Paul
    L'église romane Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Montceaux-l'Etoile, située dans le Brionnais en Saône et Loire  date du XII° siècle. Le clocher carré est à 2 étages avec baies géminées, séparées par des colonnettes dont les chapiteaux sont sculptés. Le portail sculpté du XII° siècle (vers 1120-1125) représentant l'Ascension est un chef-d'œuvre de la sculpture brionnaise. Le tympan et le linteau sont taillés dans la même dalle de calcaire. L'intérieur de la nef est à travée unique. On peut encore voir les structures de l'ancienne abside romane
  • Perrecy les Forges, l'église romane Sts Pierre et Benoît-Architecture extérieure

    30 Perrecy les Forges, l'église romane Sts Pierre et Benoît-Architecture extérieure
    Le prieuré Saint-Pierre-et-Saint-Benoît de Perrecy-les-Forges, en Saône et Loire, Bourgogne Franche-Comté, a été bâti vers 876. L'église prieurale a été bâtie entre 1020 et 1030. Le merveilleux narthex a été très bien conservé. Il fut ajouté au début du 12e siècle, probablement vers 1120-1130, contre l’ancienne façade de l’église du 11e siècle.C’est une construction élégante et solide, qui se classe parmi les meilleurs exemples de porches romans de la Bourgogne. Le portail entre le narthex et la nef centrale en est le chef-d’œuvre. Le tympan montre le Christ en Gloire, levant la main droite et portant un livre dans sa main gauche. La mandorle est portée par deux anges séraphins à trois paires d’ailes ocellées, dont la conception est remarquable.Le grand linteau en calcaire blanc, daté des années 1125 compte cinq scènes de la Passion du Christ. . Bien restauré, le clocher présente deux étages de trois baies au décor de colonnettes et de pilastres cannelés à chapiteaux, au-dessus d’un étage d’arcatures aveugles.
  • Perrecy les Forges, l'église romane Sts Pierre et Benoît-Intérieur

    19 Perrecy les Forges, l'église romane Sts Pierre et Benoît-Intérieur
    L'ntérieur de l'intérieur de l'église Sts Pierre et Benoît de Perrecy les Forges située en Saône et Loire, Bourgogne Franche-Comté, est encore largement encore de style ottonien. La nef du 11e siècle fut plus courte à l’origine, puisque la première travée avec son arcade fut ajoutée au 12e siècle pour communiquer avec le nouveau narthex. Seul le bas-côté sud, plafonné et remanié, a été conservé. Le transept est une conception rare et élégante du premier art roman. Le chœur de l’église fut élevé en gothique sur des bases romanes. Les chapelles, au nord du transept et au sud du chœur, sont plus tardives.