Eglises romanes de Saintonge (Charente maritime)

L’extension de l’art roman en Saintonge, Charente-Maritime, est liée à un essor démographique et économique, et au développement des pèlerinages, celui de Saint-Jacques-de-Compostelle notamment. Un tel engouement exigeait de la place pour loger davantage de fidèles dans les églises. C’est ainsi que dans la Saintonge des 11ème et 12ème siècles, l’art roman produisit un ensemble architectural et ornemental des plus riches et des plus singuliers

  • Beurlay, église romane Ste Madeleine

    21 Beurlay, église romane Ste Madeleine
    L'église romane Ste Madeleine de Beurlay, en Charente-Maritime, date du XII ème siècle. Le clocher plus récent, massif et carré, couvert d'un toit plat est probablement du XIV ème siècle. A l’intérieur, la sobriété de l’architecture met en valeur les quatre chapiteaux du chœur. L'un présente des entrelacs encadrant des fleurs, un autre des feuilles et des branchages, le troisième des animaux superposés et le qua­trième répète le « motif de Saint-Eutrope » de Saintes, oiseau perché sur un quadrupède, mais la reproduction n'a pas la qualité du modèle. L'abside demi-circulaire, voûtée en cul-de-four, est éclairé par trois fenêtres en plein cintre. A quelques mètres au sud du chevet jaillit d'un rocher, une belle fontaine qui fut longtemps l'objet d'une vénération particulière.
  • Bords, église St Vivien

    19 Bords, église St Vivien
    L’église de Bords en Saintonge, Charente-Maritime, dédiée à Saint Vivien le Saintongeois appartient au style roman du commencement du 11ème siècle. Elle a la particularité de posséder deux clochers indépendants l'un de l'autre, l'un tronqué de l'époque romane, l'autre complet d'époque gothique greffé sur le côte sud de la nef. Le chevet est du style roman pur. Il est très remarquable car il décrit une demi-ellipse percée de cinq fenêtres à plein cintre et dont les contreforts sont des groupes de demi-colonnes. Je n'ai pas pu découvrir l'intérieur de l'église car lle était fermée comme c'est de plus en plus souvent le cas. 
  • Cellefrouin, église romane St Nicolas

    22 Cellefrouin, église romane St Nicolas
    Au premier abord, l’église romane St Nicolas de Cellefrouin en Charente, conçue pour recevoir une couverture en pierre, a un aspect massif, accentué par un enfoncement de près de 1m dans le sol. La façade est l’une des plus anciennes appartenant à l’âge roman en Charente. À l’intérieur, la nef possède trois vaisseaux de hauteur équivalente à quatre travées ouvrant sur un large transept à absidioles et une abside profonde. La croisée du transept  reçoit une coupole octogonale sur trompes qui repose sur de grands arcs comparables à ceux de la nef. Le décor sculpté se cantonne aux chapiteaux. L'intérieur de l'église mériterait vraiment d'être restaurée.
  • Corme-Royal, église romane saint Nazaire

    39 Corme-Royal, église romane saint Nazaire
    L'église romane St Nazaire du prieuré de Corme-Royal, en Charente-Maritime a été bârie au XII° siècle  et dépendait de l'abbaye aux Dames de Saintes​. Elle constitue par sa façade un joyau de l'art roman en Saintonge. Elle présente la structure habituelle des façades romanes de la région constituée de trois arcades sur chacun des deux niveaux, à l'instar d'un arc de triomphe romain. Le décor sculpté, particulièrement riche et soigné, invoque au rez-de-chaussée la proclamation de l’Évangile par le Christ et les apôtres, et, au niveau supérieur, le Jugement Dernier à travers la parabole des Vierges Sages et des Vierges Folles. Ornements géométriques et végétaux, animaux et personnages fantastiques se mêlent aux personnages bibliques pour recouvrir arcatures, voussures, colonnes, chapiteaux et corniches.
  • Ecoyeux, église romane fortifiée St Vivien

    27 Ecoyeux, église romane fortifiée St Vivien
    L'église romane St Vivien d'Ecoyeux en Saintonge, Charente-Maritime a été construite au XII° siècle puis remaniée et fortifiée au XV°. Elle conserve de son utilisation défensive des traces significatives des échauguettes, des crénelages, chemin de ronde qui se développe autour de l'édifice et en altère les proportions et comme ces tourelles d'angle à poivrière juchées sur les contreforts. Le chevet, mise-à-part sa surélévation à usage de pièce de refuge, a mieux conservé son caractère traditionnel avec la composition étudiée de ses panneaux de maçonnerie délimités par ces hautes colonnes aboutissant à une corniche à modillons. Sur la façade occidentale, on retrouve les motifs familiers du portail à voussures (aux claveaux, ici richement décorés de palmettes et de fleurs) flanqué de ses baies aveugles, de la corniche à modillons, du recoupement vertical en trois zones par les colonnes et sa fenêtre à plein cintre avec ses colonnettes d'encadrement. Malheureusement, l'église étant fermée, je n'ai pas pu découvrir son intérieur
  • Genoullié, église Notre Dame-architecture extérieure

    24 Genoullié, église Notre Dame-architecture extérieure
    L'église fortifiée Notre Dame de Genouillé est un bel exemple de l'art roman en Saintonge, Charente-Maritime. Construite au XIIe siècle, puis remaniée par la suite notamment au niveau du chevet reconstruit dans la tradition gothique, l’église conserve de l'époque romane une remarquable façade ouest finement sculptée, un des modèles les plus purs et les plus complets de l'architecture romane en Saintonge "selon le décret de 1913 qui la classa monument historique". En observant la partie supérieure de l'église on aperçoit des fenêtres de tir et de guet qui prouvent l'existence d'une salle de repli défensif.
  • Genoullié, église romane Notre Dame-Intérieur

    29 Genoullié, église romane Notre Dame-Intérieur
    L'intérieur de l'église romane fortifiée de Genouillé en Saintonge, Charente-Maritime est très sombre, classique pour les églises romanes. Le manque de lumière est du aux fines fenêtres très ébrasées. Le contraste lumineux est saisissant  avec l'abside éclairée par une large verrière renaissance. La nef est composée de trois travées et les piliers sont modestement sculptés. Les voûtes en pierre sur croisées d'ogives comportent des clefs : le Christ sur la Croix, , animalière,..... Une longue bande noire, ceinture funéraire, ornée de blasons, parcourt tout l'intérieur de l'église.
  • La Vallée, église St Vivien

    10 La Vallée, église St Vivien
    L'église romane de St Vivien de La Vallée en Charente-Maritime date du XII° siècle. Sa façade est élégante et soignée. Des mutilations st des adjonctions ont, par la suite, modifié l'aspect primitif. Curieusement, la tourelle d'escalier du clocher fait penser à un minaret. Cette humble église mérite d'être découverte. Fermée, je n'ai pas pu visiter l'intérieur.
  • Matha, église romane Ste Hérie

    33 Matha, église romane Ste Hérie
    L’église romane Saint-Hérie de Matha en Saintonge, Charente maritime, a été bâtie pendant le règne de Charlemagne.Elle fut autrefois un superbe édifice dont il ne reste guère que sa majestueuse façade, en partie mutilée, ainsi que certaines des fenêtres des murs gouttereaux  conservées de l’époque romane. Cette façade rectangulaire occidentale, telle un arc de triomphe, est divisée en trois parties par de hautes colonnes. Le chœur a été reconstruit, sans doute à partir du XIII° siècle, de style gothique, avec une abside en polygone de grande hauteur qui  prend toute sa cohérence au sein de l'église romane. Le mur sud de la nef est divisé en cinq panneaux séparés par de fins pilastres. Chacun d'eux est percé d'une fenêtre romane à chapiteaux et cintres très ornés, mais dont le dessin rude et sec indique une autre main et une autre époque de construction. Malheureusement, l'église étant fermée, je n'ai pas pu découvrir son intérieur.
  • Moings, église romane St Martin

    29 Moings, église romane St Martin
    L'église romane Saint Martin de Moings en Saintonge, Charente-Maritime, date probablement du XI° siècle. La nef, non divisée en travées, est couverte d'une charpente en bois. L'abside en hémicycle est voutée en cul de four. La partie remarquable de l'église, c'est l'ensemble exceptionnel, et sans doute unique, de graffiti découverts en 1953. Ils datent très vraisemblablement de 1130-1140, époque où l'église primitive fut agrandie par la construction de l'abside et du clocher. L'auteur savait par avance que ses traits dans la pierre seraient bientôt recouverts d'un décor peint.
  • Mornac sur Seudre, église romane fortifiée St Pierre

    26 Mornac sur Seudre, église romane fortifiée St Pierre
    L’église Saint-Pierre de Mornac sur Seudre, en Charente-Maritime, est une église romane fortifiée pouvant remonter au X° ou XI° siècle. Des sarcophages mérovingiens, mis au jour au cours de fouilles menées aux abords de l'église, sont exposés près de son chevet de toute beauté. Le transept, le chœur et l'abside constituent la partie essentielle et intéressante de cette église. ​
  • Pont l'Abbé d'Arnoult, église romane St Pierre

    24 Pont l'Abbé d'Arnoult, église romane St Pierre
    L'église romane St Pierre de Pont l'Abbé d'Arnoult en Saintonge, Charente-Maritime, a été construite au XIIe siècle. Elle a subi les outrages des guerres de religions (1562-1598) et de la Guerre de Cent Ans (1360-1453). Elle dépendait de l'Abbaye de Saintes.  Sa façade est connue comme étant une des plus belles de Saintonge. Un bel ensemble de sculptures orne le portail et les deux portails aveugles.
  • Saint Brice, abbatiale romane Notre Dame de l'Assomption

    27 Saint Brice, abbatiale romane Notre Dame de l'Assomption
    Située à Saint-Brice au milieu de prairies verdoyantes de Saintonge en Charente, l’abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres a été construite au XIIe siècle. Elle est l'une des plus belles églises à coupoles de la Saintonge. Elle a hébergé des chanoines réguliers de Saint-Augustin. Elle a été ruinée pendant les guerres de 100 ans et les bâtiments conventuels incendiés pendant les guerres de Religion. À la Révolution, en 1795, elle est vendue comme bien national, puis transformée en faïencerie jusqu'en 1825. En 2010, Guillaume de Jarnac, propriétaire, se lance un défi : sauver ce patrimoine de l’histoire saintongeaise
  • Saint Bris des Bois, abbaye de Fontdouce

    40 Saint Bris des Bois, abbaye de Fontdouce
    L’Abbaye bénédictine de Fontdouce est fondée vers 1111 sur les bords de la rivière «"Fontaine Douce"qui lui a donné son nom. Le plus ancien vestige en élévation pourrait être les chapelles superposées (chapelles romanes haute et basse) datant des années 1120.  La chapelle basse pourrait correspondre à l’église du premier monastère roman, c’est à-dire le lieu de prière des moines. Elle est caractérisée par son style architectural très austère : une nef unique sans transept, une voûte en plein cintre et une abside en cul de four, le tout sans aucun motif de décoration. L’église abbatiale construite à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle, a été détruite, en partie, pendant les Guerres de Religions puis à la Révolution. La salle Capitulaire ou salle du Chapitre a été construite au début  XIIIe siècle en style gothique flamboyant. C'est la salle la plus importante d'un monastère. Le parloir-couloir permettant le passage entre le cloître gothique et les jardins, est le seul lieu du monastère où les moines étaient autorisés à se parler, sous la surveillance du prieur (second du père abbé) Le jardin du logis abbatial, à la française depuis le XVIIe siècle, constituait le décor. S’ajoutaient souvent : potagers, jardin des simples, vergers, bois, pièces d’eau et terres cultivées)
  • Saint Jean d'Angély, Charente maritime, abbaye royale

    15 Saint Jean d'Angély, Charente maritime, abbaye royale
    Un premier monastère est édifié en 817 par Pépin, duc d’Aquitaine, à St Jean d'Angely en Saintonge, Charente-Maritime, pour abriter les reliques de St Jean Baptiste rapportée d’Alexandrie par le moine Félix. Il est détruit en 860 par les Vikings… les moines massacrés, les reliques perdues… C’est en 1010 que l’Abbaye est construite par les Bénédictins de Cluny, à la place du monastère. Les reliques sont retrouvées. Les pèlerins affluent pour les vénérer : c’est alors que l’Abbaye devient une étape majeure sur le chemin de St Jacques de Compostelle. C’est à ce titre, qu’elle est inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. En 1096, le pape Urbain II vint y prêcher sa première croisade. A nouveau dévasté pendant la guerre de cent ans, l’édifice fut reconstruit au XVIIe siècle par les moines bénédictins… « Les tours » qui jouxtent l’Abbaye, deux clochers surmontant une immense façade, sont les restes d’une abbatiale inachevée…. Les moines en débutèrent la construction en 1741, mais les travaux s’éternisèrent et la révolution y mit fin … c’est un des rares exemples de construction religieuse du XVIIIe siècle dans la région Poitou-Charentes
  • Saint Laurant de la Prée, église St Laurant

    8 Saint Laurant de la Prée, église St Laurant
    L'église Saint Laurent de St Laurant de la Prée en Saintonge , Charente-Maritime a traversé les âges en subissant plusieurs transformations : Epoque préromane Xe et XIe siècles, XIIIe et XVe siècles, fin du Moyen Age et XVIIe.  Les deux murs nord et sud de la nef primitive sont nettement préromans avec chacun, trois petites fenêtres aux cintres Au XIIe siècle, un clocher à base carré a remplacé un petit clocher mûr situé sur la nef encore visible. Le portail et la façade peuvent être datés du XIIIe siècle.  Malheureusement, comme souvent, l'église était fermée. 

  • Saint Sauvant, église romane St Sylvain

    28 Saint Sauvant, église romane St Sylvain
      L'église romane St Sylvain, campée au sommet d'un promontoire, domine le village de St Sauvant  et la vallée du Coran en Saintonge, Charente-Maritime. Elle date du XII° siècle et elle est bâtie en forme de croix latine. Elle est représentative du style roman saintongeais pour ce qui la structure et l'ornementation du chevet. Contrairement à la tradition, le clocher est bâti, non à la croisée du transept, mais sur la première travée du chœur. Autour de l'église se trouve des sarcophages d'époque carolingienne. L'intérieur de l'église est malheureusement dans un très mauvais état.
  • Saint Savinien sur Charente, l'église romane St Savinien-architecture extérieure

    16 Saint Savinien sur Charente, l'église romane St Savinien-architecture extérieure
    L'église Saint-Savinien de Saint Savignien, en Charente-Maritime, bâtie du XII° au XII° siècles, se compose d'une nef unique avec des chapelles accolées au nord et au sud, formant ainsi un transept terminé par un chevet semi-circulaire.  La façade occidentale, à deux étages surmontés d'un fronton triangulaire, est séparée en trois travées par des colonnes à chapiteaux sculptés. La travée centrale est percée d'un portail à cinq voussures. Les travées latérales sont dotées, quant à elles, de deux baies aveugles à deux voussures en arc brisés. Au-dessus de l'ensemble se distingue une corniche à modillons présentant de figures humaines et animales, entre lesquels sont sculptés des décors végétaux. La travée centrale de l'étage est percée d'une fenêtre en arc brisé, à deux voussures soutenues par des colonnes à chapiteaux sculptés. Cette fenêtre est encadrée de deux baies aveugles à deux voussures en arc brisé. Encore au-dessus se situe une corniche supportée par des modillons sculptés de figures humaines.  Le clocher, à deux étages, comporte des baies aveugles à arcatures tréflées. L'abside est percée de fenêtres étroites en arc brisé.
  • Saint Savinien sur Charente, l'église romane St Savinien-intérieur

    21 Saint Savinien sur Charente, l'église romane St Savinien-intérieur
    L'église romane Saint-Savinien de Saint Savignien sur Charente, bâtie entre les XII° et XII° siècles, se compose d'une nef unique avec des chapelles accolées au nord et au sud, formant ainsi un transept terminé par un chevet semi-circulaire. La chapelle Notre-Dame, formant le transept nord, renferme seize statues représentant des personnages bibliques.
  • Saint Sulpice d'Arnoult, église romane St Sulpice

    28 Saint Sulpice d'Arnoult, église romane St Sulpice
    L'église Saint Sulpice de plan cruciforme est une église romane située à Saint-Sulpice-d'Arnoult en Saintonge, Charente-Maritime. Le clocher est bâti sur l'ancien transept. La nef est un vaisseau unique comprenant, de chaque côté, trois arcades latérales en arc aigu, sur colonnes à chapiteaux sculptés du 12e siècle. Deux absides subsistent sur les trois originelles.
  • Trisay

    104 Trisay
  • Vandré, église romane fortifiée St Vivien

    18 Vandré, église romane fortifiée St Vivien
    L'église romane fortifiée St Vivien en Saintonge, Charente-Maritime a été édifiée à la fin du XII° siècle dans un style qui illustre le passage de l'art roman à l'art gothique. Le chevet, sans décor, est polygonal ; il a été fortifié à la fin du Moyen Age, surélevé par une "salle de repli" munie de meurtrières. Le clocher carré offre sur chaque face trois arcades et trois fenêtres hautes en arc brisé. Il a servi également de système de défense pendant les guerres de Cent Ans et de Religion La façade occidentale présente un beau portail roman récemment rénové, encadré de deux arcades aveugles. Au-dessus de la corniche à modillons finement sculptés, s'étagent un oculus axial, une seconde corniche ornée de modillons puis le pignon.