Eglises romanes de Saintonge (Charente maritime)

L’extension de l’art roman en Saintonge, Charente-Maritime, est liée à un essor démographique et économique, et au développement des pèlerinages, celui de Saint-Jacques-de-Compostelle notamment. Un tel engouement exigeait de la place pour loger davantage de fidèles dans les églises. C’est ainsi que dans la Saintonge des 11ème et 12ème siècles, l’art roman produisit un ensemble architectural et ornemental des plus riches et des plus singuliers

  • Matha, église romane Ste Hérie

    33 Matha, église romane Ste Hérie
    L’église romane Saint-Hérie de Matha en Saintonge, Charente maritime, a été bâtie pendant le règne de Charlemagne.Elle fut autrefois un superbe édifice dont il ne reste guère que sa majestueuse façade, en partie mutilée, ainsi que certaines des fenêtres des murs gouttereaux  conservées de l’époque romane. Cette façade rectangulaire occidentale, telle un arc de triomphe, est divisée en trois parties par de hautes colonnes. Le chœur a été reconstruit, sans doute à partir du XIII° siècle, de style gothique, avec une abside en polygone de grande hauteur qui  prend toute sa cohérence au sein de l'église romane. Le mur sud de la nef est divisé en cinq panneaux séparés par de fins pilastres. Chacun d'eux est percé d'une fenêtre romane à chapiteaux et cintres très ornés, mais dont le dessin rude et sec indique une autre main et une autre époque de construction. Malheureusement, l'église étant fermée, je n'ai pas pu découvrir son intérieur.
  • Saint Jean d'Angély, Charente maritime, abbaye royale

    16 Saint Jean d'Angély, Charente maritime, abbaye royale
    Un premier monastère est édifié en 817 par Pépin, duc d’Aquitaine, à St Jean d'Angely en Saintonge, Charente-Maritime, pour abriter les reliques de St Jean Baptiste rapportée d’Alexandrie par le moine Félix. Il est détruit en 860 par les Vikings… les moines massacrés, les reliques perdues… C’est en 1010 que l’Abbaye est construite par les Bénédictins de Cluny, à la place du monastère. Les reliques sont retrouvées. Les pèlerins affluent pour les vénérer : c’est alors que l’Abbaye devient une étape majeure sur le chemin de St Jacques de Compostelle. C’est à ce titre, qu’elle est inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. En 1096, le pape Urbain II vint y prêcher sa première croisade. A nouveau dévasté pendant la guerre de cent ans, l’édifice fut reconstruit au XVIIe siècle par les moines bénédictins… « Les tours » qui jouxtent l’Abbaye, deux clochers surmontant une immense façade, sont les restes d’une abbatiale inachevée…. Les moines en débutèrent la construction en 1741, mais les travaux s’éternisèrent et la révolution y mit fin … c’est un des rares exemples de construction religieuse du XVIIIe siècle dans la région Poitou-Charentes