Eglises romanes

L’art roman apparaît en Alsace dans la première moitié du XIe siècle, à l’exemple de l’ancienne abbatiale Sainte-Marie d'Ottmarsheim, et perdure jusqu’au début du XIIIe siècle comme en témoigne la façade de l’église Saint-Léger de Guebwiller, entre autres.Il s’épanouit au milieu du XIIe siècle avec la généralisation des voûtes à tout l’édifice.

À cette époque, la prospérité économique et culturelle de l’Alsace explique cet engouement pour les constructions de style roman.

  • Altenstadt, église romane Saint Ulrich

    26 Altenstadt, église romane Saint Ulrich
    Dédiée à Saint Ulrich, confesseur et pontife, l’église romane d’Altenstadt est l’un des premiers sanctuaires d’Alsace. De plan basilical, les trois nefs charpentées et la tour porche datent en partie XIe siècle.  La nef romane se compose de cinq travées ouvertes sur les bas-côtés par des arcs en plein cintre qui reposent sur des piliers en pierre de taille en grès. Les absides sont d'époques différentes.
  • Andlau, abbatiale Saints Pierre et Paul

    28 Andlau, abbatiale Saints Pierre et Paul
    L'abbaye d'Andlau est une abbaye bénédictine fondée par sainte Richarde vers 880. Elle est à l'origine de la commune d'Andlau en Alsace. La légende dit que c'est une ourse qui aurait indiqué à sainte Richarde l'endroit où devait être bâtie l'abbaye. L'église abbatiale consacrée par le Pape Léon IX en 1049, regroupe de remarquables éléments romans dont : une crypte du XIème siècle gardée par une ourse en grès, un porche et une frise historiée du XIIème siècle, haut de 30 m, qui compose le plus riche portail sculpté de la région, la Chaire de 1703.
  • Avolsheim, chapelle St Ulrich dit "le Baptistère"

    8 Avolsheim, chapelle St Ulrich dit "le Baptistère"
    La chapelle Saint-Ulrich, dite "le Baptistère", qui s’élève au milieu du village d'Avolsheim, en Alsace, entre l’église Saint-Materne et la rivière Bruche, se signale par son clocher octogonal roman et ses quatre absidioles tronquées. Initialement ces absidioles étaient circulaires. L'édifice semble avoir été construit à l'extrême fin du X ème siècle ou au tout début du XI ème. Les fouilles ont permis de situer au IX ème siècle l’édification de la chapelle tétraconque, faisant de ce monument le second témoin d’architecture religieuse rurale de l’époque carolingienne connu en Alsace, après le Dompeter.
  • Avolsheim, le"Dompeter"

    13 Avolsheim, le"Dompeter"
    L'église Saint-Pierre d'Alvosheim, le "Dompeter, est considérée comme la plus ancienne église d'Alsace, fondée par Materne évangélisateur de la vallée du Rhin. De l'époque romane subsistent le portail, les linteaux des portes latérales et la nef centrale. Celle-ci se compose de cinq travées dont les grandes arcades reposent sur de puissants piliers. Le "Dompete" devint un lieu de pèlerinage qui pendant tout le Moyen-âge attira de nombreux pèlerins venus guérir leurs maux de tête ou leurs maladies des yeux. A cette même époque se développe le pèlerinage de Compostelle, et Avolsheim fait encore aujourd'hui partie du Chemin.
  • Epfig, église sainte Marguerite

    22 Epfig, église sainte Marguerite
    Epfig est une petite commune du Bas-Rhin située sur la route romane d'Alsace. L'église cémétériale actuelle Ste Marguerite est de style roman, construite dans le premier quart du XI° siècle. Au début du XII° siècle, on adjoignit à l'édifice un petit porche-cloître.​
  • Feldbach, église romane saint Jacques le Majeur

    24 Feldbach, église romane saint Jacques le Majeur
    L'église  St Jacques le Majeur de Feldbach, joyau roman du Sundgau, est une ancienne église conventuelle de bénédictines sous obédience de l’abbaye de Cluny. Elle date du second tiers du XII° siècle et est aujourd’hui la plus ancienne d’Alsace dédiée à St Jacques le Majeur. Le chemin des pèlerins vers Compostelle passait en effet par Feldbach, carrefour de nombreuses routes anciennes. L'église est  construite sur un plan basilical à trois nefs charpentées se terminant chacune par une abside en cul-de-four. En 1910, le clocher néo-roman est érigé en remplacement du clocheton qui surmontait la façade depuis 1863.
  • Gueberschwihr, église saint Pantaléon

    13 Gueberschwihr, église saint Pantaléon
    L'église saint Pantaléon, de Gueberschwihr en Alsace, a été construite au XIIème siècle. Seul l’imposant clocher, d’une hauteur de 36 m, subsiste de l’édifice roman élevé au 12e  siècle par le chevalier Burkhard de Gueberschwihr, fondateur de l’abbaye de Marbach. L’église actuelle, de style néo-roman, date de 1882. Construite légèrement à l’écart, elle fait de la tour romane un campanile dont l’intérêt réside dans ses quatre derniers niveaux avec les arcatures aveugles qui laissent place à des ouvertures géminées puis à des baies triplées.  
  • Guebwiller, couvent et cloître des Dominicains

    17 Guebwiller, couvent et  cloître des Dominicains
    Ancien couvent classé monument historique, les Dominicains de Guebwiller est un haut-lieu du patrimoine architectural alsacien où souffle l’humanisme rhénan. Il a été construit au XIVe siècle, sous le Saint-Empire Germanique. Constitué d’une église et d’un cloître, il a traversé de nombreuses guerres et révoltes avant d’être déserté par les frères prêcheurs Dominicains lors de la Révolution française. De nos jours, ce couvent est habité par un projet culturel innovant. Il est labellisé "Centre Culturel de Rencontre", un réseau international de lieux patrimoniaux d'exception qui développent une démarche artistique singulière et originale.
  • Guebwiller, église St Léger

    26 Guebwiller, église St Léger
    L'église St Léger de Guebwiller en Alsace de style roman tardif a été construite en remplacement d’une chapelle située au même endroit. La façade aux deux tours, le porche ouvert et le clocher octogonal de croisée ont été réalisés dès la construction de l’église. L’architecture harmonieuse de l’édifice le distingue ainsi des autres églises romanes d’Alsace dont la construction est souvent restée inachevée. Plusieurs adjonctions et modifications sont intervenues au cours des siècles, comme par exemple l’abside à cinq pans, ou encore les parties hautes du chœur.
  • Horbourg-Wihr, église saint Michel

    38 Horbourg-Wihr, église saint Michel
    L'église Saint-Michel de Horbourg-Wihr, bâtie au XII° siècle, est située à quelques pas de Colmar en Alsace. Cette modeste église d'origine romane par son clocher carré du XIVe siècle mérite sincèrement d'être visitée. Elle abrite d'intéressantes peintures murales datant de 1511 (classées monument historique) qui retracent la vie de Sainte Marguerite et représentent également les quatre évangélistes et les Pères de l'Eglise occidentale. Des  vitraux modernes réalisés dans les années 1950, grâce aux dommages de la seconde guerre mondiale, par le maître-verrier Tristant Ruhlmann  représentent la vie biblique.
  • Kaysersberg, l'église romane d'Alspach

    27 Kaysersberg, l'église romane d'Alspach
    Les ruines de l'ancienne église romane St Jean-Baptiste du prieuré d'Alspach, se trouve dans l'enceinte d'une cartonnerie industrielle à Kaysersberg en Alsace. Le pieuré a été fondé par les comtes d’Eguisheim au début du 12e siècle. La plus grande partie des chapiteaux et consoles a été déposée au Musée d'Unterlinden de Colmar, mais l'ensemble des vestiges est un exemple représentatif de l'art roman en Alsace. La transformation en lieu culturel a permis l'achèvement de sa restauration, améliorant la visibilité et l'esthétique du bâtiment. Cette métamorphose de vestiges médiévaux religieux en salle dédiée à la culture au centre d'une entreprise en pleine activité donne à réfléchir sur les relations entre culture et entreprise.
  • Lautenbach, église saints Michel et Gangolphe

    24 Lautenbach, église saints Michel et Gangolphe
    L'église saints Michel et Gangolphe de Lautenbach, en Alsace, est de plan basilical à trois nefs charpentées. Le massif occidental abrite le porche, pur joyau de l’art roman du 12èmesiècle. Cet espace est à trois vaisseaux et deux travées couvertes de voûtes d’ogives. Les chapiteaux des colonettes forment une frise représentant à droite des scènes d’adultère (et les châtiments encourus) en lien avec la vie de saint Gangolphe.
  • Marmoutier, abbatiale romane St Etienne

    16 Marmoutier, abbatiale romane St Etienne
    A Marmoutier, au nord de l'Alsace, se trouve l'une des plus belles églises abbatiales romanes : Saint Etienne de Marmoutier. Elle possède, en effet, une très belle façade à trois tours du XIIème siècle. La nef, gothique, date quant à elle, des XII° et XlV° siècles. Pour finir, le chœur est du XVIII ème. On pourra donc retrouver dans cet édifice divers styles s'harmonisant néanmoins de très belle façon.
  • Marbach, les vestiges de l'abbaye

    18 Marbach, les vestiges de l'abbaye
    Fondée au XIe siècle, puissante au Moyen Age, l'abbaye de Marbach (Obermorschwihr, Haut-Rhin) occupée par des chanoines réguliers de Saint -Augustin, a tout perdu lors de la Révolution française. Il ne subsiste plus que le narthex (vestibule) datant de 1152, un porche de 1490, l'Enceinte (le mur) et la ferme. De nos jours, le site de l'ancienne abbaye de Marbach, située sur le Chemin de Compostelle, est un lieu de concerts et d'expositions
  • Murbach, abbatiale Saint Léger

    20 Murbach, abbatiale Saint Léger
    Cachés dans la forêt, au pied du Grand Ballon d'Alsace, les vestiges de l'abbaye de Murbach se dressent au fond d'un vallon solitaire. De la puissante abbaye fondée en 726 par Saint-Pirmin et reconstruite en style roman au cours du 12ème siècle ne subsiste que l’impressionnant chœur à chevet plat flanqué de chapelles latérales et d’un transept saillant encadré de deux tours carrées. La nef romane a été  détruite au cours du 18ème siècle Joyau de l'art roman alsacien, l'abbatiale St Léger reste le dernier reflet visible d'une puissance spirituelle et matérielle souvent grandiose. 
  • Niedermunster, abbaye

    26 Niedermunster, abbaye
    L'abbaye de Niedermunster, située à 510 m d'altitude en Alsace, a été fondée en 707, par sainte Odile pour éviter aux pélerins malades les fatigues d’une ascension pénible au couvent du mont sainte Odile situé plus haut. En 1180 s’ajoute une somptueuse église romane, dont on voit encore les vestiges. La période de prospérité dura jusqu’en 1525, date à laquelle les bâtiments furent pillés par les paysans. En 1542, un incendie en acheva la destruction. Abandonnée, elle servira alors de carrière de pierres pour diverses constructions. Comme l'abbaye est située dans un endroit très isolé, elle est clôturée pour éviter le vandalisme  Mais c'est vraiment très dommage que le site ne soit pas entretenu.
  • Oelenberg, abbaye cistércienne Notre Dame d'Oelenberg

    16 Oelenberg,  abbaye cistércienne Notre Dame d'Oelenberg
    Depuis plus de neuf siècles, l’abbaye cistércienne trappiste d’Œlenberg, seule survivante des nombreux monastères d’hommes que comptait jadis le pays, maintient en Alsace la grande tradition monastique Située sur une des dernières collines du Sundgau, à 15 km à l’ouest de Mulhouse, l’abbaye a partagé les joies et les malheurs de cette région. Elle est actuellement occupée par une communauté de neuf moines trappistes. De nos jours, le monastère dispose d’une importante bibliothèque de plus de cent mille livres.
  • Ottmarsheim, église romane saints Pierre et Paul

    17 Ottmarsheim, église romane saints Pierre et Paul
    Joyau de l'art roman, l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul d'Ottmarsheim est une ancienne église abbatiale et collégiale d'Alsace. Elle a la particularité d'avoir un plan octogonal reprenant celui de la chapelle impériale d'Aix la Chapelle, ce qui lui vaut d'être l'une des églises romanes les plus célèbres du Rhin supérieur. L'église a été consacrée par le pape Léon IX en 1049.
  • Pfaffenheim, église saint Martin

    8 Pfaffenheim, église saint Martin
    L’Eglise Saint Martin se situe au cœur de la ville de Pfaffenheim, en Alsace, mérite d'être visitée. L’édifice actuel conserve le chœur roman et la sacristie datant de 1215. La nef est détruite en 1835, et est remplacée par une nouvelle nef néo-gothique. Une cuve baptismale datant du XIIème siècle m'a intriguée. Son socle représente une sirène entourée par trois lions.
  • Rosheim, église Saints Pierre et Paul

    38 Rosheim, église Saints Pierre et Paul
    L’église romane de Rosheim en Alsace, située au cœur de la ville, apparaît comme posée sur une esplanade. Cette disposition n’est pas d’origine, mais due à la restauration du siècle dernier qui a permis cette mise en valeur exceptionnelle. L’œil est irrésistiblement attiré par les statues disposées en bordure des toitures.C'est en 1150 que débuta la construction de l'église, dédiée à St Pierre et à St Paul. L'art roman et ses influences stylistiques s'expriment magnifiquement. Bien que restaurée, l'église de Rosheim est une des plus complètes de l'Alsace romane. 
  • Sélestat, église Sainte Foy

    24 Sélestat, église Sainte Foy
    L'église Sainte Foy de Sélestat, en Alsace, frappe par son caractère monumental et son aspect grandiose. Le clocher du transept est un des plus beaux d'Alsace. Par le seul jeu des formes, l'architecte de Sainte Foy a su donner à l'église une majesté, une dignité et une belle ampleur . Il faut faire abstraction de la noirceur de l'édifice (grès rouge original des Vosges) et des parties reconstruites : couronnement des tours de façade, parties hautes de la nef, chapelles latérales de la nef...
  • Sigolsheim, église Saints Pierre et Paul, intérieur

    24 Sigolsheim, église Saints Pierre et Paul, intérieur
    Cette belle église romane du 12ème siècle, située à Sigolsheim, en Alsace, a été construite sur le site d’un édifice carolingien. A la suite des destructions entraînées par les combats de l’hiver 1944 elle fut reconstituée dans son état de l’époque romane. Elle contient des statues des 14ème, 15ème et 16ème siècle et de beaux vitraux contemporains.
  • Sigolsheim, église Saints Pierre et Paul, architecture extérieure

    33 Sigolsheim, église Saints Pierre et Paul, architecture extérieure
    L'église Saints Pierre et Paul, de Sigolsheim en Alsace, a été construite au cours du XIIème siècle, à l'emplacement d'un ancien bâtiment carolingien.  En 1944, l'édifice est détruit sous les bombardements, puis restaurée dans sa pureté romane quelques années plus tard. Son portail concentre toute la décoration. Les chapiteaux des colonnettes présentent un répertoire d’animaux réels ou fantastiques dans une végétation luxuriante. Le linteau est orné de cinq médaillons figurant l’agneau pascal entouré des symboles des évangélistes. Le beau tympan représente le Christ donnant les clefs à saint Pierre et le livre à saint Paul.
  • Surbourg, église romane saint Arbogast

    27 Surbourg, église romane saint Arbogast
     L’église Saint Arbogast de Surbourg est construite à partir de la plus ancienne abbaye d’Alsace et date essentiellement date de la 1ère moitié du 11e siècle (premier art roman alsacien). L’édifice s’élève sur un plan basilical à trois nefs plafonnées se terminant par un transept et des absides voûtées en cul-de-four. À l’intérieur les grandes arcades reposent sur des supports alternés : colonnes à chapiteaux cubiques et piliers en maçonnerie à simple imposte.
  • Thierenbach, prieuré clunisien

    21 Thierenbach, prieuré clunisien
    Thierenbach en Alsace, est un ancien prieuré de clunisiens fondé vers 1130 par Pierre le Vénérable abbé de Cluny. Aujourd'hui, Thierenbach est un important centre de pélerinage où les fidèles viennent de toute l'Alsace, mais aussi de l'étranger. Le prieuré fut supprimé à la Révolution. Durant la Seconde Guerre mondiale , malgré la proximité du front, Thierenbach fut relativement épargné ce qui n'avait pas été le cas lors de la Grande Guerre. Le prieuré  et la basilique sont situés sur l'un des Chemins menant à Saint-jacques de Compostelle;
  • Westhouse, chapelle romane Saint Ulrich

    17 Westhouse, chapelle romane Saint Ulrich
    La chapelle romane Saint-Ulrich, date du XII° siècle. Elle est composée d’une simple nef et d’un petit choeur en cul-de-four, daté, lui, du XVIII° siècle. L’intérieur  révèle de remarquables peintures murales datant du XIV° siècle et représentant la création du monde, des scènes de l’Ancien Testament.  A gauche de l’entrée, le Jugement Dernier et  à droite les chemins qui conduisent vers la splendeur de Dieu. Au-dessus de l’entrée, est peint le Quatrième Cavalier de l’Apocalyse représentant la Peste Noire de forme bubonique qui avait sévi en Alsace durant l’été 1349. Attenante à la chapelle, des bains qui existaient déjà à l'époque romaine. A l'heure actuelle, une exploitation agricole utilise une partie des bâtiments.  La chapelle, délaissée, oubliée, a failli disparaître et nous devons à un petit groupe de passionnés de pouvoir l’admirer aujourd’hui.
  • Wissembourg, l'église saint Jean

    17 Wissembourg, l'église saint Jean
    De l'église de saint Jean de Wissembourg en Alsace ne subiste que le clocher roman du XIII° siècle. Martin  Bucer théologien y a prêché la réforme de 1522. L'église a fonctionné sous le règime du simultanéum, pratique de deux cultes catholique et protestant, de1684 à la Révolution. L'orgue Thomas, très contemporain, inauguré en 2015, a été consrtuit par la manufacture d’orgue Thomas de Sté-Francorchamps en Belgique qui a également réalisée l’orgue de la paroisse réformée du Bouclier à Strasbourg, ainsi que le grand orgue de la cathédrale de Monaco.
  • Wissembourg, le cloître de l'église saints Pierre et Paul

    14 Wissembourg, le cloître de l'église saints Pierre et Paul
    Le cloître de l'abbatiale Saints-Pierre-et-Paul à Wissembourg, en Alsace, de style gothique rhénan, ne comporte en fait qu’un bras complet et deux travées.On le dit " le plus beau de toute la vallée du Rhin ". Sans doute le monastère ne disposait-il plus des moyens financiers qui auraient permis de l’achever. De grandes dalles funéraires, tombes des abbés bénédictins des 14° et 15° siècles, y sont visibles.
  • Wissembourg, église saints Pierre et Paul

    32 Wissembourg, église saints Pierre et Paul
    L'église abbatiale Saints Pierre et Paul de Wissembourg, en Alsace, possède des parties de son passé roman du XI° siècle, même si la majeure partie de l'édifice date du XIII° et du XIV° siècle. Elle est la deuxième plus grande église d'Alsace après la cathédrale de Strasbourg. De l'abbatiale romane ne subsiste que la tour carrée. Une grande fresque du XIV° siècle, représentant saint Christophe, décore un mur de l'église, non loin de la statue du Roi Dagobert, qui serait le fondateur de l'abbaye. Un cloître et une chapelle romane au nord de l'église ajoute à sa beauté.