Autres églises

  • Châtenois, église St Georges

    28 Châtenois, église St Georges
    L'église fortifiée Saint-Georges de Châtenois, en Alsace, a conservé son puissant clocher roman à baies géminées. Son couronnement à quatre échauguettes d'angles date de 1530 et est entièrement réalisé en bois de châtaigniers. La nef et le chœur ont été construits en 1759 et présentent un ameublement pratiquement d'origine. A voir à notamment à l'intérieur : orgue Silbermann de 1765, une très belle croix de procession recouverte de nacre (1763) et des tableaux polychromes en relief (16ème siècle).
  • Dambach la Ville, chapelle saint Sébastien

    15 Dambach la Ville, chapelle saint Sébastien
    La chapelle saint Sébastien de Dambach la Ville, en Alsace, abrite un remarquable autel-baroque sculpté dans du bois de tilleul et de poirier chef-d'oeuvre des frères Winterhalder de la région de Brisgau en Allemagne. La tour-clocher de style roman date du XII° siècle. Sur le côté nord-Est de la chapelle se trouve un caveau dépoque romane abritant un ossuaire.
  • Dusenbach, l'église

    17 Dusenbach, l'église
    Le sanctuaire Notre-Dame de Dusenbach se trouve dans un vallon situé entre Ribeauvillé  et Sainte-Marie-aux-Mines en Alsace. Il es composé de : - la grande église, -la chapelle de la Vierge (et ses deux chapelles latérales, dont la chapelle du Saint-Sépulcre et celle du Tombeau de Notre-Dame), -le chemin de Croix (chemin d’accès à pied principal au sanctuaire). -un abri pour les pèlerins.  Les bâtiments pour le culte ont souvent fait l’objet de vandalisme et furent détruits par les différentes guerres du Moyen-Age et de la Révolution avant d'être reconstruits au XIX° siècle dans un style néo-gothique à l’identique Le pèlerinage de Notre Dame de Dusenbach remonte au XIII° siècle. C’est actuellement l’un des pèlerinages les plus fréquentés d’Alsace.
  • Dusenbach, la chapelle de la Vierge

    18 Dusenbach, la chapelle de la Vierge
    Au creux d'un petit vallon, parcouru par un torrent du nom de Dusenbach, se niche depuis 1204 un sanctuaire consacré à la Vierge Marie L'endroit était occupé depuis 768 par des ermites retirés à quelques lieues du village de Ribeauvillé en Alsace. Le sanctuaire Notre-Dame de Dusenbach comprend : - la grande église, -la chapelle de la Vierge (et ses deux chapelles latérales, dont la chapelle du Saint-Sépulcre et celle du Tombeau de Notre-Dame), -le chemin de Croix (chemin d’accès à pied principal au sanctuaire).  Fréquenté par de nombreux pèlerins, le rayonnement spirituel du sanctuaire Notre-Dame de Dusenbach, s’étend très largement en Alsace et Outre-Rhin.  La tradition de pèlerinage sur ce site est ancienne et remonte à l’époque des croisades (début du 13e siècle)
  • Ebermunster, Abbaye St Maurice-Extérieurs

    22 Ebermunster, Abbaye St Maurice-Extérieurs
    La fondation de l’abbaye d’Ebersmunster, une des plus anciennes d’Alsace, remonterait à la fin du VIIème siècle. Elle serait l’œuvre d’un duc d’Alsace, peut-être Adalrich, père de Sainte Odile. Dédiée dès l’origine à saint Maurice d’Agaune (Suisse), elle adopta la règle bénédictine. L’église abbatiale est un vrai bijou du baroque alémanique. Sa façade occidentale est en totalité l’œuvre de l’architecte Peter Thumb, originaire du Vorarlberg (Autriche). Elle est le résultat de deux campagnes de travaux distinctes. Les deux tours furent érigées en 1709-1710. La couverture en bulbe, forme peu usitée en Alsace, domine la plaine de l’Ill. Lors de la reconstruction de la nef en 1725, l’architecte éleva un nouveau mur entre les deux tours, ménageant ainsi un porche vouté  au rez-de-chaussée et une tribune pour orgue à l’étage. La niche en pignon abrite une statue de saint Maurice, patron de l’église, et une statue de la Vierge se dresse en son sommet.
  • Ebermunster, abbatiale St Maurice- Intérieur

    36 Ebermunster, abbatiale St Maurice- Intérieur
    L’église abbatiale d’Ebersmunster est considérée comme le meilleur exemple de l’art baroque en Alsace. Contrastant avec la sobriété de l’extérieur, l’intérieur de l’édifice a reçu un décor baroque. L’apport de lumière y a été privilégié (deux fenêtres superposées par travée), mettant en valeur le décor monumental de stucs dus à Jacob Machoff et de peintures murales, œuvres de Joseph Matter (ou Mattle), mis en place à partir de 1727. Comme pour l’architecture, le mobilier fut mis en place en deux fois. De la période de la fin du XVIIème au début XVIIIème siècles datent les stalles du chœur (les dorsaux sont de la fin du XIXème siècle), et une grande partie de la chaire à prêcher dont la sculpture de Samson et du lion. Le maître-autel, auquel travailla le sculpteur Ignatius Meyer de Sélestat en Alsace, date de 1727. Les autels latéraux sont datés de 1730, et les autels de la nef sont attribués au sculpteur Anton Ketterer I (1692-1748), originaire de la Forêt Noire en Allemagne
  • Ebersheim, église St Martin

    23 Ebersheim, église St Martin
    Une première église est mentionnée en 1137, à Ebersheim en Alsace dans le Bas-Rhin. Un nouvel édifice est édifié en 1500, mais celui-ci est détruit durant la guerre de Trente Ans en 1635. L'église actuelle, St Martin, est reconstruite en 1650. Elle est bénie en 1768, puis consacrée en 1773. Son clocher baroque à bulbe appelle ceux de l'abbaye d'Ebermunster situé à quelques kilomètres.
  • Hunawihr, église St Jacques le Majeur- Intérieur

    36 Hunawihr, église St Jacques le Majeur- Intérieur
    Après le diaporama de l'enceinte fortifiée de l'église St Jacques de Hunawihr en Alsace voici celui de son intérieur : L'église  est constituée d'une nef du XVIe siècle, précédant le chœur de 1524. La nef est formée de trois travées voutées. Elle est construite sous la Réforme en 1537 : de forme asymétrique (2 parties de tailles inégales),elle est plafonnée Les murs intérieurs de la petite chapelle sous le  clocher sont couverts de peintures murales de style sub-rhénan datées de 1493. Elles représentant  a vie et les miracles de Saint Nicolas  en 14 tableaux et le 15° le couronnement de la Vierge par la Trinité. Ces peintures murales, recouvertes durant la Réforme, ont été découvertes en 1878 et restaurées en 1968.. - Sur la tribune, le plus ancien « orgue français » d’Alsace date de1765.  Une originalité unique : la disposition curieuse et sans doute unique en Alsace, l’accès à la chaire s’effectue par un escalier postérieur et un passage percé dans le pilier. Le simultanéum (accueil au sein d’une même église des cultes protestants et catholiques), instauré à Hunawihr en 1687, est toujours en vigueur à l'heure actuelle à Hunawihr Les jours de culte sont alternés. 
  • Hunawihr, église St Jacques le Majeur-l'enceinte fortifiée

    20 Hunawihr, église St Jacques le Majeur-l'enceinte fortifiée
    Le 1er  diaporama est consacré aux fortifications de l'église St Jacques le Majeur. Le 2ème est consacré à son intérieur .  L’église fortifiée St Jacques le Majeur de Hunawihr en Alsace, a été construite du 15e au 16e siècle, sur les bases de l’église primitive du 11e siècle. Classée monument historique, elle est bâtie sur une butte à l’écart du village et est entourée d'une enceinte hexagonale, flanquée de 6 bastions semi-circulaires percés de meurtrières. L'église est située sur le chemin de St Jacques de Compostelle.  
  • Hunawihr, évolution de l'église St Jacques le Majeur de l'an 800 à nos jours

    9 Hunawihr, évolution de l'église St Jacques le Majeur de l'an 800 à nos jours
    A l'intérieur de la chapelle aux fresques de l'église fortifiée St Jacques le Majeur, de Hunawihr en Alsace, est exposée une collection de maquettes décrivant l'évolution  de l'église de l'an 800 à nos jours. Les maquettes étant protégées par du plexiglas, la qualité des photos n'est pas optimale.
  • Kaysersberg, église sainte Croix

    31 Kaysersberg, église sainte Croix
    Dès qu'on entre, par le portail roman, dans cette Eglise Sainte-Croix, à Kaysersberg, en Alsace, on est bluffé par ce gigantisme. Nous ne sommes pas dans une cathédrale, pourtant cette Poutre de Gloire datant de 1500 environ, avec cette scène de la crucifixion où la Vierge Marie et Saint Jean accompagne un Christ de plus de quatre mètres nous accapare le regard  Quand on se glisse dessous et que l'on s'approche de l'autel, on aimerait admirer les vitraux de la même époque mais la vue est occulté par ce retable en bois, tout aussi grandiose, sculpté par Hans Bogart en 1518 qui représente des scènes de la passion. En se retournant on peut voir alors un magnifique buffet d'orgue Waltrin du XVIIIème siècle.
  • Kientzheim, Alsace, chapelle St Félix et Ste Régule

    16 Kientzheim, Alsace, chapelle St Félix et Ste Régule
    La chapelle Saint-Félix et Sainte-Régule de Kientzheim, en Alsace, a été reconstruite en 1966 sur le lieu d'une église plus grande qui avait traversé les siècles jusqu'à être sérieusement endommagée pendant la deuxième guère mondiale. Elle abrite une exceptionnelle collection d'ex-voto, datant des 18ème et 19ème siècles, époque où Kientzheim était un célèbre pèlerinage marial.
  • Molsheim, chapelle Notre Dame

    11 Molsheim, chapelle Notre Dame
    La chapelle Notre Dame de Molsheim (1864-1867) constitue un des fleurons de l'architecture néo-gothique en Alsace.Elle présente un plan cruciforme et séduit par les grandes rosaces de la façade et du transept ainsi que par les peintures du choeur. Abandonnée en 1954, elle fut rendue au culte en 1984.
  • Molsheim, église des Jésuites

    26 Molsheim, église des Jésuites
    L'église des Jésuites de Molsheim, en Alsace, a été bârie en 1618 mariant le style gothique à l'architecture moderne. Après la cathédrale de Strasbourg, elle passe pour être la plus vaste d'Alsace. Aujourd'hui, la sobriété de la nef, épurée en 1970 lors d'une restauration, contraste avec les décors des stucs et peintures des deux chapelles des transepts.
  • Munster, abbaye saint Grégoire au printemps

    18 Munster, abbaye saint Grégoire au printemps
    Fondée en 1660, l'abbaye Saint-Grégoire a été l'une des plus grandes abbayes bénédictines d'Alsace. La vallée lui doit son ancien nom (Val Saint Grégoire ainsi que la ville (Munster = Monasterium)). Jusqu'en 1235, l'abbé fut le seigneur et régissait toute la vallée. Puis elle est devenue abbaye de l'Empire (Saint Empire Romain Germanique). L'église abbatiale est reconstruite entre 1470 et 1507. L'abbaye fut dévastée au cours de la guerre de trente ans (1618-1648), puis reconstruite à partir de 1659. En Août 1791, elle est fermée, et le mobilier est vendu aux enchères...
  • Munster, abbaye saint Grégoire en automne

    17 Munster, abbaye saint Grégoire en automne
    L'ancienne abbbaye Saint Grégoire de Munste, fondée vers 660, était une des plus grandes abbayes bénédictines d'Alsace. Les structures restées en place ont été dévastées pendant la Première Guerre mondiale. Seuls subsistent : >Les voûtes du cloître datent du XVII siècle ainsi que l’escalier en colimaçon menant autrefois aux cellules des moines au premier étage. Une porte gothique de la fin du XV siècle est antérieure à la Guerre de Trente Ans,  >Le palais abbatial avec son entrée en forme de tunnel construit entre 1786 et 1789 > Le bâtiment dit du couvent à-côté de la tour aux cigognes est réalisé entièrement en briques >Le bâtiment du Prélat vestige le plus important de l’ancienne abbaye bénédictine  a conservé l’essentiel de son aspect extérieur d’origine. Il a été érigé entre 1682 et 1686 sur ce qui subsistait de l’abbaye après la guerre de Trente Ans (1618-1648). L'abbaye ferma ses portes en 1790. Ses bâtiments ont été utilisés pour installer une des premières usines textiles d'Alsace.  
  • Murbach, chapelle Notre Dame de Lorette

    6 Murbach, chapelle Notre Dame de Lorette
    La Chapelle Notre-Dame de Lorette, qui surplombe l’église abbatiale romane saint Léger de Murbach en Alsace, a été restaurée par des bénévoles en 1998. La restauration a été réalisée dans le style exact commun à toutes les chapelles Notre-Dame de Lorette. Comme ses consoeurs, elle comporte deux sanctuaires qui communiquent par la porte de l'ange. Chacun d'eux possède un autel.
  • Niederhaslach, collégiale saint Florent

    21 Niederhaslach, collégiale saint Florent
    La collégiale saint Florent de Niederhaslach, en Alsace,  est un fleuron de l’art gothique des XIII° et XIV° siècles. Elle est remarquable par sa majestueuse façade, son portail et son magnifique tympan et ses gargouilles à thème. L'intérieur possède de beaux vitraux, ceux de la nef sont les plus anciens et datent du XIII° siècle. Le monumental saint Sépulcre a gardé son aspect d'origine et date du XI° siècle. Les stalles, lutrin et boiserie superbement ouvragée sont l'œuvre de Dominique Stoll de Rosheim (1691)
  • Ottrott, Mont sainte Odile, le chemin de croix

    30 Ottrott, Mont sainte Odile, le chemin de croix
    Le beau Chemin de Croix au Mont Sainte-Odile, en Alsace, occupe tout le flanc Est du rocher qui culmine à 763 mètres d'altitude.  Il relate, à travers 14 stations, la Passion du Christ. C'est le céramiste de Soufflenheim Elchinger qui à réalisé ces oeuvres de 1933 à 1935. Les 14 stations en céramique polychromée, ornent les parois rocheuses du plateau du couvent. Au bout du chemin se trouve un rocher avec des bancs ou la légende raconte  que Sainte Odile s'y serait souvent arrêté quand elle rentrait de sa visite des malades à Niedermunster, où elle avait fondé un second monastère.
  • Ottrott, Mont Sainte Odile, couvent

    36 Ottrott, Mont  Sainte Odile, couvent
    Haut-lieu spirituel de l'Alsace, lieu de quiétude et de sérénité,  situé à 753m d’altitude, au-dessus d'Ottrot, le Mont Sainte Odile est cher au cœur de tous les Alsaciens. Le monastère, couvent, de Hohenbourg qui surplombe la plaine d'Alsace a été fondé par Sainte Odile, patronne de l'Alsace.
  • Ottrott, Mont Sainte Odile, la basilique

    19 Ottrott, Mont  Sainte Odile, la basilique
    À côté des nombreuses chapelles du Mont sainte Odile en Alsace, on compte l'église dédiée à l'Assomption de la Vierge Marie. Cette église conventuelle, détruite à de nombreuses reprises par le feu, a été reconstruite en style baroque. Le mobilier de l'église sera partiellement détruit lors de la Révolution française, puis reconstitué. Un nouvel orgue est notamment installé en 1862 (l'orgue actuel date de 1964). Ce clocher est flanqué d'une tourelle que domine une imposante statue de Sainte Odile bénissant l'Alsace. Le 16 juin 2006, le Pape Benoît XVI a érigé l'église en basilique mineure.
  • Rouffach, Notre Dame l'Assomption ; architecture extérieure

    42 Rouffach, Notre Dame l'Assomption ; architecture extérieure
    Notre Dame de l’Assomption, de Rouffach en Alsace, est une très belle église, en grès jaune, d’un style original. En effet, l’église originelle de style roman, a été fortement modifiée au fil du temps pour donner finalement ce curieux mélange de style roman et gothique. Le massif occidental présente une belle rosace à vingt lancettes. La tour Sud est une copie du XIXème siècle de celle de la tour Nord, qui sont toutes deux inachevées. On remarque très bien les rajouts en grès rose. La façade, presque nue de décors, était l’une des plus riches de toute l’Alsace, comparable à celle de la cathédrale de Strasbourg et à celle de Saint-Thiébaud de Thann. Malheureusement, les marteaux des révolutionnaires de 1791 sont passé par là… Entre 1215 et 1230, la croisée du transept est couverte d'une coupole à trompes sur colonnes, et surmontée d'une flèche à huit pans, déjà gothique. es rares statues et gargouilles qui subsistent ne donnent qu’un minuscule aperçu de la splendeur que devait posséder le monument. Ces gargouilles se trouvent pour la plupart sur les contreforts de l’édifice, et symbolisent les vices, les vertus, la mort… La nef est en style gothique du XIIIème siècle, le transept est, quant à lui, roman, vestige de la première église du XIème siècle. A l’entrée du chœur, deux départs d’escaliers, qui sont les seuls éléments restant du jubé.
  • Rouffach, Notre Dame l'Assomption ; intérieur

    40 Rouffach, Notre Dame l'Assomption ; intérieur
    L'église Notre Dame de l'Assomption de Rouffach est de de style roman-ogival. Elle montre l'évolution de l'architecture religieuse du 11ème au 19ème siècle. Dans le transept, la partie la plus ancienne se rattache à la nef à trois travées flanquées de bas-côtés à six travées chacun. On remarque l'alternance des piliers: simples et en faisceaux.  Sur le côté gauche de la nef, à l'un des piliers, se trouve une belle Vierge à l’enfant sous un ensemble décoratif en pierre qui date du XV° siècle. A la fin du XIIIème siècle on décida de reconstruire le chœur. Il fut fermé par un jubé vers 1300, qui fut détruit au XVIIIème siècle. Il ne reste que les deux tourelles d'escalier latérales. Quelques chapiteaux du choeur nous présentent une belle synthèse de symboles. L’ancienne porte de la sacristie est entourée de deux très beaux visages sculptés, d’une jeune fille et d’un jeune garçon. Cet ensemble est connu sous le nom du "sourire de Rouffach" Le maître-autel du choeur raconte la vie de saint Arbogast qui naquit dans la première moitié du VII° siècle et décéda le 21 juillet 678.
  • Thann, collégiale saint Thiébaut

    33 Thann, collégiale saint Thiébaut
    La Collégiale* Saint-Thiébaut est une église gothique dans la ville de Thann en Alsace. À côté des cathédrales de Strasbourg et de Fribourg-en-Brisgau qui sont beaucoup plus grandes, elle est considérée comme une œuvre majeure de l'art gothique le long du Rhin supérieur, c'est-à-dire la région des deux côtés du fleuve se situant entre Bâle et Bingen. Les Thannois se plaisent à dire en parlant de leur clocher : "Strasbourg a le plus haut, Fribourg le plus gros, Thann le plus beau !" C’est l'un des édifices les plus représentatifs du gothique rhénan en Alsace. Sa construction dure de la fin 13ème siècle à 1516 : année où s’achève la flèche de plus de 78m de haut, véritable dentelle de pierre. Son grand portail est unique en France : 3 tympans rappellent grâce à 150 scènes la vie de la Vierge, la Nativité et la Crucifixion. Gargouilles, chimères et tuiles vernissées, ajoutent à la majesté du bâtiment. Les 3 formes de style gothique sont représentées : primitif, rayonnant et flamboyant. L'accès à la collégiale étant interdit pour cause de rénovation, je ferai un diaporama de son intérieur dès sa réouverture. 
  • Trois-Epis, Notre Dame de l'Annonciation

    23 Trois-Epis, Notre Dame de l'Annonciation
    Unique lieu d'apparition de la Vierge Marie en Alsace, le sanctuaire Notre Dame des Trois-Epis est aussi un des plus anciens lieux d'apparition de la Vierge Marie au monde recensé officiellement par l'Eglise L'église Notre Dame de l'Annonciation a été construite en 1968, en béton brut avec fausse voûte en lamellé-collé et murs partiellement en dalles de verre. Une flèche symbolisant les trois épis est érigée en 1991 à proximité de l'église.
  • Zellenberg, église saint Ulrich

    22 Zellenberg, église saint Ulrich
    L'église saint Ulrich de Zellenberg en Alsace, de style baroque,  est bâtie sur un terrain de remblai près du fossé comblé des remparts. Cet édifice remplace une ancienne église qui remonterait à l'année 723. Le clocher renferme une des plus vieille cloches d'Alsace (1410)D'une hauteur de 1,29 m et d'un diamètre de 1,17 m elle pèse 1 122 kg. Portant une fêlure de 38 cm, la vénérable cloche a été réparée en 1903. Les deux autres cloches datent de 1921 et remplacent celles réquisitionnées par les Allemands en 1917. L'orgue de 1841 est de Valentin Rinckenbach et fait partie de la "lignée Innenheim"De splendides vitraux illuminent la nef et le choeur.