Musées

  • Colmar le nouveau musée des Unterlinden

    10 Colmar le nouveau musée des Unterlinden
    Le musée Unterlinden de Colmar rénové, après 5 ans de travaux,  a ouvert ses portes ce samedi 12 décembre 2015. Dorénavant trois bâtiments abrite ce "nouveau" musée : l'ancien couvent des Unterlinden relié à l'ancienne piscine municipale par un passage souterrain  et une toute nouvelle construction qui évoque un bâtiment monastique. La rivière entre le couvent et la piscine coule à nouveau à l'air libre. En été, les gradins seront appréciés des promeneurs. 
  • Colmar, le retable d'Issenheim et Martin Schongauer aux Dominicains

    33 Colmar, le retable d'Issenheim et Martin Schongauer aux Dominicains
    Pendant les travaux d'agrandissement du musée Unterlinden de Colmar, le retable d'Issenheim de Mathias Grünewald a rejoint temporairement le "retable des Dominicains", le retable d'Orlier et la Vierge au buisson de roses de Martin Schongauer dans l'église des Dominicains. Le célèbre retable d'Issenheim, chef d'oeuvre de l'art, a été réalisé entre 1512-1516, par les artistes Nicolas de Haguenau (pour la partie sculptée) et Mathias Grünewald (pour les panneaux peints), pour la commanderie des Antonins d’Issenheim, un village situé à une vingtaine de kilomètres de Colmar. Le retable est constitué d’un ensemble de plusieurs panneaux peints qui s’articulent autour d’une caisse centrale composée de sculptures. Ce polyptique à doubles volets est composé de sept panneaux de bois de tilleul et de dix sculptures. Il est conçu pour proposer trois présentations différentes, déterminées par le calendrier lithurgique. ll comporte des scènes d’une intensité dramatique peu commune, et tout à fait exceptionnelle pour son époque  Le "retable des Dominicains" oeuvre majeure du peintre colmarien Schongauer réalisée vers 1480, comporte 24 panneaux qui décrivent la passion du Christ sont méconnus. Après huit années de restauration "le retable des Dominicains" sort de l'ombre du célébrissime retable d'Issenheim. Le retable d'Orlier, oeuvre de Martin Schongauer, dont il ne subsiste que les deux volets latéraux d’un retable aujourd'hui disparu La Vierge au buisson de roses, oeuvre de Martin Schongauer, retable sur bois de 1473,  est une peinture exceptionelle représentant la Vierge à l'Enfant assise dans un jardin
  • Monaco Musée de l'automobile 1/3 les "Oldies"

    25 Monaco Musée de l'automobile 1/3 les "Oldies"
    Le musée automobile de Monaco abrite la collection personnelle du regretté Prince Rainier III, grand passionné d'automobile. Il avait rassemblé, en une trentaine d'années, une centaine d'automobiles de tous pays et de toutes époques. Il écrivait d'ailleurs au sujet de sa collection :  "Ce n'est pas un musée d'automobiles mais une collection personnelle de voitures anciennes de tous âges et de tous pays. Populaires ou de prestige, elles ont marqué leur époque et elles m'ont plu » Une particularité de ce musée est la présence de quelques beaux véhicules hippomobiles.    
  • Monaco Musée de l'automobile 2/3

    33 Monaco Musée de l'automobile 2/3
    Après le premier diaporama 1/3 consacré aux "Oldies", voici le suivant consacré aux voitures de luxe. Le Prince Rainier III  a ainsi rassemblé et fait restaurer quelque 100 véhicules, large échantillon des modèles construits par les plus illustres firmes, françaises, européennes et américaines et qui, à divers titres, ont marqué leur époque.  
  • Monaco Musée de l'automobile 3/3 le sport et l'aventure

    39 Monaco Musée de l'automobile 3/3 le sport et l'aventure
    Aprés les deux premiers diaporamas consacrés aux "Oldies" et aux voitures de luxe voici le dernier consacré au sport et à l'aventure. Le sport automobile, Formule 1, Rallye, Grand Tourisme... est également présent dans le musée. Il est bon de rappeler que le prince Rainier III s'est essayé à la compétition automobile en participant au tour de France auto de 1953 au sein de l'écurie René Bonnet, sous le pseudonyme de Louis Caraldès.
  • Monaco Musée anthropologique

    31 Monaco Musée anthropologique
    Le Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, créé par le Prince monégasque Albert I, acceuille le visiteur dans deux salles : La salle Albert 1er illustre, au travers des objets exposés (faune, outils préhistoriques, sépultures…) et des films associés, la préhistoire ancienne de Monaco et de la région proche. La salle Rainier III est dédiée aux expositions temporaires. Lorsque j'ai visité le musée cette salle présentait la mystérieuse civilisation d'Okuniev. Celle-ci , présentée ici pour la première fois au public européen, et dont la civilisation occupait les steppes de Sibérie il y a plus de 4 000 ans, est étonnante par la singularité de ses productions artistiques. De grandes stèles sculptées de visages mystérieux, des parois gravées d’animaux étranges sont les vestiges parvenus jusqu’à nos jours.  
  • Monaco Musée des Carabiniers du Prince

    20 Monaco Musée des Carabiniers du Prince
    Plus de deux siècles d'histoire militaire sont exposés au Musée des Carabiniers. Des uniformes et équipements ayant appartenu aux Princes et à leurs gardes personnelles y sont exposés. En 2017, le Corps des Carabiniers du Prince fêtera son bi-centenaire.
  • Monaco Musée des Timbres et des Monnaies 2015

    37 Monaco Musée des Timbres et des Monnaies 2015
    Le musée des Timbres et des Monnaies  renferme des pièces philatéliques rares de l'histoire postale de la Principauté de Monaco, ainsi que tous les documents qui ont servi à imprimer les timbres depuis le premier "Charles III" en 1885 jusqu'à nos jours. L'espace réservé aux pièces de monnaies et billets de banque montre la qualité numismatique de la Principauté depuis 1640.
  • Monaco Musée Villa Paloma 2015

    31 Monaco Musée Villa Paloma 2015
    Le Nouveau Musée National de Monaco (NMNM), la villa Paloma, présente FAUSTO MELOTTI, une exposition temporaire consacrée à l’œuvre polymorphe aux multiples facettes de l’un des plus grands artistes de l’entre-deux-guerres et de l’après-guerre en Italie. Sculpteur, poète ou céramiste? Tout au long de sa vie et de sa création, Fausto Melotti n'a jamais vraiment choisi L'exposition rassemble une vingtaine de sculptures en métal de l’artiste et plus de 70 de ses céramiques.
  • Monaco musée villa Paloma exposition Duane Hanson

    21 Monaco musée villa Paloma exposition Duane Hanson
    Le musée villa Paloma de Monaco présente le travail de l’artiste américain Duane Hanson (1925-1996) Tout au long de ces quarante ans de carrière, il a créé des sculptures hyperréalistes grandeur nature représentant des Américains de la classe ouvrière et des membres de la société souvent ignorés. Evoquant le mouvement Pop Art de l’époque, ses sculptures transforment la banalité et l’insignifiance du quotidien en matériel iconographique. Cette exposition présente des œuvres majeures de l’artiste.
  • Monaco, Musée Villa Sauber, construire une collection

    23 Monaco, Musée Villa Sauber, construire une collection
    Le nouveau musée national de Monaco (NMNM), la Villa Sauber présente "Construire une exposition" des œuvres de Arman, Robert Barry, Christian Boltanski, Lourdes Castro, César, Mark Dion, Erró, Hans-Peter Feldmann, Claire Fontaine, Lucio Fontana, Loïe Fuller, Jeppe Hein, Claude Monet, Linda Fregni Nagler, Camille Henrot, Bertrand Lavier, Anne et Patrick Poirier, Hans Schabus et William Turner. La plupart des œuvres présentées ici ont été soit inspirées par des collections, soit les collections sont devenues elles-mêmes des œuvres ou des relectures pour des œuvres en lien étroit avec le temps, l'histoire et la mémoire.​
  • Monaco, musée villa sauber, exposition POÏPOÏ

    32 Monaco, musée villa sauber, exposition POÏPOÏ
    Pendant  longtemps, les collections privées sont restées à l’abri du regard dans les lieux fermés qui les abritaient, faisant la joie égoïste de leur heureux propriétaire ou celle d’intimes, qui pouvaient y avoir accès. C’est ainsi que le Nouveau Musée National de Monaco, villa sauber, présente Poïpoï, une exposition consacrée à la collection d’un couple monégasque, F et J Merino. Contrairement à d’autres collections savamment construites, il n’y a pas, dans celle-ci, de fil conducteur, les œuvres n’ont pas toutes la même valeur mais on sent que tout a été acheté au coup de cœur, que chaque pièce a son histoire et c’est cela qui la rend sympathique. Dans une salle consacrée à la photo, d’ailleurs, astucieusement disposée, on trouve des œuvres d’anonymes, associés aux grands noms de la photographie mondiale.
  • Ribeauvillé, Alsace, musée de la lithographie

    19 Ribeauvillé, Alsace, musée de la lithographie
    Dans les anciens abbatoirs de la ville de Ribeauvillé, Tom BORROCO et la municipalité ont saisi une occasion unique d’y établir le dernier atelier de lithographie traditionnelle existant encore en France. L’objectif est de créer un conservatoire des arts et techniques graphiques. Ce lieu n'est  pas un musée mais un espace pédagogique pour transmettre un savoir-faire en voie de disparition. L'Art de la lithoraphie : Cette technique a été inventée par l’allemand Aloys Senefelder en 1796 et illustrée en Alsace par des artistes comme Engelmann ou Rothmuller. En France, Toulouse Lautrec, Daumier et bien d’autres ont diffusé leurs œuvres au moyen de cette technique. L’artiste dessine sur une pierre calcaire lisse et poreuse à l’aide d’un crayon gras. Ce dessin est fixé à l’aide de gomme arabique et d’acide. La pierre est humidifiée avant d’être encrée au rouleau. Puis l’imprimeur applique une encre avec un rouleau. L’encre ne se dépose que sur les parties dessinées, les zones vierges étant protégées de l’encre par la présence d’eau. Une feuille de papier est posée sur la pierre et le tout est passée sous la presse. Cette technique a connu un grand succès jusqu’à l’avènement des moyens modernes d’impresssion assistée par ordinateur.